Olympiades de biologie

Phénoménal succès de Gaétan succès Colussi aux Olympiades de biologie 2011.
Les Olympiades Internationales de Biologie IBO sont un concours pour jeunes biologistes qui s’intéressent à une matière plus vaste que celle enseignée au secondaire. Le but des olympiades est de lancer un défi et d’encourager des gymnasiens et gymnasiennes doués et intéressés ainsi que de promouvoir l’échange d’idées internationale. Chacun des 60 pays membres peut envoyer une équipe de 4 jeunes, qui ont moins de 20 et qui ont été sélectionné par un concours national. La Suisse participe depuis 1999 aux olympiades de biologie.
GaetanColussi_OB

Classe3B

En ce 10 juin 2011, la classe 3B du LCC a participé à la finale d'un concours de biologie par classe initié par Simply ScienceLes 10 meilleures classes étaient réunies à Bâle pour la présentation de leurs travaux.

Voici un texte écrit par un étudiant sur cette expérience :

C'était un lundi matin, alors que notre collège revêtait ses parures hivernales. Notre distingué biologiste Gaétan Colussi était rentré dans notre classe de biologie, hésitant entre le fatigue et la motivation. Après quelques instants nous pûmes tous connaître la raison de son regard quelque peu jubilatoire qui croisait celui de madame Berthod non sans sourires: on avait la possibilité de nous lancer dans une expérience scientifique. Etant donné que les délais d'inscription étaient déjà levés, nous devions agir vite, bien et surtout convaincre tout le monde. Les passionnés de sciences tout d'abord levèrent la main, engendrant par inertie la motivation des aventuriers s'étant déjà attaqués à ce si "barbare" alphabet grec deux ans plus tôt. Restaient quelques élèves hésitants, préférant sûrement se délecter de littérature que de se lancer dans la science qu'ils n'aiment que lorsqu'elle est à leur utilité. L'unique arme que possédait alors notre leader ainsi que les autres fut celui du prix, et pas des moindres: un voyage sur la terre de liberté, plus précisément à San Francisco. Il est bien sûr clair qu'à ce moment on ne précisa pas l'emploi du temps chargé qui nous attendrait dans cette ville au si mythique pont et que les derniers furent convaincus par une démocratie des plus cicéroniennes. 

Nous nous lançâmes donc là-dedans et fîmes les comptes-rendus des trois expériences demandées: de l'ADN de la tomate à la fermentation alcoolique en passant par l'observation de fleurs au microscope. Il nous fallait écrire tout ceci dans la langue de Shakespeare que nous avions abandonné pour mieux l'apprendre plus tard grâce au développement de l'esprit engendré par l'étude des langues anciennes. Il fut certes un peu difficile mais nous nous aidâmes et nous demandâmes de l'aide à certains professeurs d'anglais pour corriger nos travaux. Il fallut certes travailler le week-end en faisant des recherches sur internet ou à la bibliothèque, il fallut aussi rester quelquefois après les cours, mais tout le monde le fit avec plaisir: plaisir d'être uni autour d'un projet commun.

Ces liens à l'intérieur de la classe qui une année plus tôt se relâchaient voire se rompaient se virent raffermis et solidifiés: nous fûmes depuis cette expérience plus unis que jamais. Ayant remporté le premier tour, nous dûmes faire une présentation en anglais des expériences. Nous restâmes un mercredi après-midi et certains des nôtres finirent le film et le diaporama au clair de lune. Seuls romands à se trouver parmi les dix classes sélectionnées, nous étions enthousiastes de cette journée à Bâle dans les locaux de Roche, grande firme pharmaceutique. 

Même si la déception put voir le jour lorsqu'on se vit au pied du podium, toujours nous nous en souviendrons. Des valaisans à Bâle, des classiques à Bâle, des grecs à Bâle, c'est du jamais vu…mais comme a pu dire une très créative artiste de ma classe: "rendons à Bâle ce qui appartient à Bâle"…nous sommes satisfaits, unifiés et enrichis: c'est tout ce qu'il nous faut !

Rion Michel, 3B